Menu de navigation

Immigration, intégration et diversité sur le marché du travail

Présentation

Du 27 juin au 2 juillet 2016 PLU6911A-D

Cette école d'été a pour objectif d'analyser et d'approfondir les divers enjeux soulevés par l'intégration des immigrants sur le marché du travail ainsi que les défis d'une diversité croissante de la main-d'œuvre au plan de l'origine ethnique. Elle permettra aux participantEs de comprendre différents aspects d'un sujet complexe et de grande importance à l'heure actuelle, tant au plan politique que social ou économique.

La perspective retenue sera pluridisciplinaire alliant notamment sociologie, économie, droit, science politique et anthropologie. L'approche privilégiée sera comparative et permettra de connaitre des politiques mises en œuvre dans certains pays ainsi que des expériences pratiques. Une innovation particulièrement intéressante de cette école est de mettre en correspondance une conférence de type magistral présentée sur unE chercheurE internationalE ou nationalE et une présentation de type appliquée qui donne le point de vue sur le sujet d'unE spécialiste du milieu professionnel au Québec.

Afin de mieux comprendre ces enjeux, nous examinerons plusieurs questions, notamment: quelles sont les tendances récentes des politiques d'immigration et d'intégration? Quels indicateurs permettent de mesurer l'intégration des immigrants? Quels modèles d'intégration en emploi des réfugiés sont expérimentés et quels en sont les résultats? Quelle est la situation en emploi des jeunes dit de «deuxième génération»? Comment les entreprises traitent-elles la diversité en matière d'origine ethnique et dans quelle mesure leurs actions sont-elles efficaces? Quelles sont les nouvelles formes de la discrimination et du racisme en emploi, notamment les formes intersectionnelles? L'influence du réchauffement climatique sur les migrations, etc.

 

 

Programme

Directrice de l’École d’été: Marie-Thérèse Chicha, professeure titulaire à l’École de relations industrielles et titulaire de la Chaire en relations ethniques. marie-therese.chicha@umontreal.ca

Coordonnatrice : Geneviève Grandmont, doctorante et auxiliaire de recherche en Relations industrielles.  genevieve.grandmont.1@umontreal.ca

 Horaire :

Les cours ont lieu de 9 h à 12h et de 13 h 30 h à 16 h 30 à l’Université de Montréal,

au 3744, rue Jean Brillant, lundi 27 juin salle 107 et du mardi au samedi salle 6420.

Trois bourses de la Chaire en relations ethniques  seront attribuées aux participantes et aux participants ayant obtenu la meilleure note pour  leur rapport de recherche.

Afin de bien se préparer et d’avoir une participation active et informée aux discussions, les participantes et les participants devront lire au moins deux documents de leur choix parmi ceux indiqués ci-dessous dans la bibliographie de chaque conférence.

Plusieurs des documents de la bibliographie se trouvent sur le site du cours dans STUDIUM; les articles des revues savantes se trouvent parmi les périodiques électroniques de la BLSH.

LUNDI 27 JUIN

8.30 Accueil et inscription 

9 à 12 heures 

Allocution d’ouverture : Mme Tania Saba, doyenne de la Faculté des Arts et des Sciences de l’Université de Montréal.

Conférencier : Brahim Boudarbat (Professeur titulaire, Relations Industrielles, Université de Montréal et chercheur au CIRANO) Jeunes immigrants et intégration économique : une comparaison Québec-Canada

RÉSUMÉ

Selon l’OIT, la détérioration de la situation des jeunes sur le marché du travail est l’un des grands problèmes auxquels font face tous les pays du monde. Au Québec et au Canada de plus en plus de jeunes sont issus de l’immigration (i.e., sont nés à l’étranger ou sont nés au Canada de parents immigrants). Une littérature abondante a mis en évidence les problèmes d’intégration en emploi des nouveaux arrivants et les facteurs qui expliquent ces problèmes. La situation des jeunes issus de l’immigration a reçu relativement moins d’importance dans cette littérature. Notre objectif principal est de vérifier dans quelle mesure les sociétés d’accueil tirent avantage du potentiel que représentent ces jeunes. Pour les fins de notre étude, nous avons considéré les jeunes Canadiens de 15 à 29 ans que nous avons scindés en cinq groupes : (1) les jeunes de la troisième génération et plus; (2) les jeunes de la deuxième génération dont un seul parent est né à l’étranger; (3) les jeunes de la deuxième génération dont les deux parents sont nés à l’étranger; (4) les jeunes de la première génération arrivés à l’âge de 12 ans ou moins; et (5) les jeunes de la première génération arrivés après l’âge de 12 ans. Ces groupes sont comparés en considérant l’origine ethnique, les connaissances linguistiques, le niveau de scolarité, l’accès à l’emploi, et certaines conditions de travail. Les données proviennent du recensement et de l’Enquête nationale auprès des ménages et couvrent la période 2001-2011. Nous comparons également la situation au Québec avec celle qui prévaut dans le reste du Canada.

 

LECTURES :

Boudarbat, Brahim et Gilles Grenier. 2014. « L'impact de l'immigration sur la dynamique économique du Québec ». Rapport de recherche réalisé pour le compte du Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion.

Chung Yan, Miu, Sean Lauer et Surita Jhangiani. 2008. « Les difficultés d’accès au marché du travail : l’expérience vécue par les nouvelles générations de jeunes immigrants de minorité visible », Diversité canadienne, Vol. 6, no 2, pp. 131-134

Corak, Miles. 2008. « Immigration in the Long Run: The Education and Earnings Mobility of Second-Generation Canadians », IRPP Choices, Vol. 14, no. 13 (October 2008)

Picot, Garnett et Feng Hou. 2011. « Seeking Success in Canada and the United States: The Determinants of Labour Market Outcomes Among the Children of Immigrants », Document de recherche, Direction des études analytiques, Statistique Canada.

Experte du milieu professionnel : Kerlande Mibel (Présidente Zwart Communications) L’Intégration socioprofessionnelle des jeunes issus de l’immigration : point de vue d’une praticienne.

13.30 à 16.30  Conférencier: Gilles Grenier (Professeur titulaire, Sciences économiques. et membre du groupe de recherche sur l’économie et l’immigration, Université d’Ottawa). Les défis de l’immigration au Québec face à l’anglais comme langue internationale

RÉSUMÉ

 

Les cohortes récentes d’immigrants au Canada ont plus de difficultés à s’intégrer au marché du travail que les plus anciennes. Leur contribution à l’économie n’est donc pas optimale. En outre, ces difficultés sont plus grandes au Québec qu’ailleurs au Canada.  À cause de sa langue et de sa culture, le Québec fait face à des défis particuliers. Dans le reste du Canada, l’intégration se fait naturellement vers l’anglais, alors qu’au Québec, le français et l’anglais sont en concurrence. Malgré les efforts pour que les immigrants québécois aient une bonne connaissance le français, ceux-ci s’aperçoivent souvent qu’ils ont besoin de l’anglais pour réussir. Cette inadéquation peut expliquer pourquoi les immigrants au Québec performent moins bien. Leurs attributs linguistiques ne sont pas adaptés aux exigences du marché du travail.

Il y a maintenant une tendance mondiale vers l’utilisation de l’anglais comme langue internationale, que ce soit dans les domaines du commerce, de la science ou du tourisme.  L’utilisation d’une langue commune rend l’activité économique plus efficace et permet aux différents peuples de mieux se comprendre. Cependant, une langue n’est pas seulement un outil de communication, c’est aussi l’expression d’une culture. À travers le monde, on exprime fréquemment l’opinion qu’il faut maintenir un certain degré de diversité linguistique. Au Québec, le défi est de trouver un juste équilibre entre le maintien de sa culture propre et les avantages d’utiliser l’anglais pour les contacts avec l’extérieur. Ceci se fait, entre autres, à travers la politique d’immigration.

 

LECTURES

 

Boudarbat, Brahim et Gilles Grenier. 2014. L'impact de l'immigration sur la dynamique économique du Québec, Rapport remis au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec, 180 pages .

 

Grenier, Gilles, and Serge Nadeau, “English as the Lingua Franca and the Economic Value of Other Languages: the Case of the Language of Work in the Montreal Labour Market”, dans Michele

 

Gazzola et Bengt-Arne Wickström, The Economics of Language Policy, The MIT Press, Cambridge, Mass. (2016, à paraître).

 

Grenier, Gilles, “The Value of Language Skills”, IZA World of Labor, November 2015.

Grenier, Gilles, et Serge Nadeau ,  “Immigrants Access to Work in Montreal and Toronto" , Canadian Journal of Regional Science / Revue canadienne des sciences régionales, Vol 34, No. 1, avril 2011, pp. 19-33.

MARDI 28 JUIN

9 à 12 heures  Conférencière : Adèle Garnier (Chercheure postdoctorale au CRIMT).  L’intégration des réfugiés dans la région de Montréal : facteurs institutionnels et individuels

RÉSUMÉ

 

L’intégration économique des réfugiés est présentement sous les feux de l’actualité canadienne et internationale. Ma conférence se propose d’explorer les liens entre l’admission des réfugiés au Canada et leur participation au marché du travail plusieurs années après leur arrivée dans la région de Montréal, donc dans le contexte québécois. Bien que les réfugiés soient considérés comme une catégorie de nouveaux arrivants particulièrement vulnérables du fait de leur émigration forcée, ils sont loin de constituer un groupe homogène. Je procèderai donc d’abord à une analyse comparative des profils socioéconomiques des principales catégories de réfugiés admis par le Canada, soit les réfugiés sélectionnés par le gouvernement, les réfugiés parrainés par le secteur privé, et les réfugiés reconnus après une demande d’asile. J’explorerai également les ressources en matière d’insertion professionnelle auxquelles ces catégories de réfugiés ont accès, en mettant en évidence le rôle du cadre institutionnel fédéral canadien et provincial québécois. Me basant sur des entretiens réalisés  avec des réfugiés et des intervenants en employabilité, je discuterai ensuite des opportunités et obstacles que les  réfugiés rencontrent dans leur intégration sur le marché du travail à Montréal, dans les Laurentides et en Montérégie. Ce portrait mettra en évidence la complexité institutionnelle des liens entre admission au pays et intégration socioéconomique des réfugiés, et permettra de réfléchir sur la mobilité en tant que notion géographique, sociale et professionnelle.

 

LECTURES

 

Darrow, J. (2014) ‘Getting Refugees to Work: A Street-Level Perspective of Refugee Resettlement Policy’, Refugee Survey Quarterly 34(2) U

Hyndman, J. (2011) Research summary on resettled refugee integration in Canada, rapport de recherche commandé par l’Agence pour les Réfugiés des Nations Unies, URL : http://www.unhcr.ca/wp-content/uploads/2014/10/RPT-2011-02-resettled-refugee-e.pdf.

Renaud, J, Piché, V. and Godin J.-F. (2003) ‘One’s bad and the other is worse”: Differences in economic integration between asylum seekers and refugees selected abroad’, Canadian Ethnic Studies 35(2): 86-99.

Experte du milieu professionnel : Pascale Chanoux (TCRI- Coordonnatrice Volet Employabilité et Régionalisation de l’immigration. Employabilité des personnes réfugiées: des interventions communautaires spécifiques et adaptées?

13.30 à 16.30  Conférencier: Stéphane Beaud (Professeur – Université Paris-Nanterre)

Les apports à la recherche d'une enquête ethnographique dans une famille immigrée (algérienne)

RÉSUMÉ

 

Notre exposé étudiera en détail les parcours scolaires, professionnels, matrimoniaux, résidentiels des huit membres de la fratrie B. On montrera comment cette approche ethnographique permet d’apporter dans la compréhension des divers processus de mobilité sociale déjà mis en évidence par les enquête statistiques. En ce qui concerne la mobilité inter-générationnelle dans les familles immigrées, elle souligne encore et toujours la force du diplôme, l’importance des conditions de socialisation, la force des dispositions sexuées dans les familles algériennes, l’effet « bénéfique » sur la scolarité des filles de la restriction de leur liberté de circulation et au contraire l’effet négatif des privilèges éducatifs accordés aux garçons. En même temps, elle fait aussi bien voir l’importance, dans les trajectoires ascendantes des sœurs aînées, des rencontres personnelles (les enseignants pour la fille aînée, les animateurs pour la seconde fille) qui vont être autant de petits jalons décisifs dans leurs parcours. Elle illustre aussi le rôle essentiel de la redistribution dans la fratrie des petits capitaux accumulés en cours de route par les deux sœurs ainées au profit des cadets : capital informationnel (sur l’école et les ficelles qui mènent à l’emploi), capital économique (quand il a fallu les aider ponctuellement), capital culturel (accès aux livres et aux lieux de la culture), capital moral (quand les sœurs vont aider le frère aîné aux prises avec la police et la justice), capital professionnel, et bien d’autres exemples pourraient être mobilisés.

Bref la grande famille algérienne, comme celle des B., avec deux aînées comme locomotives de la mobilité de la fratrie, en outre sans cesse consolidée et unifiée par le travail de mobilisation et de collectivisation effectué quotidiennement (ou presque…) par la soeur aînée, offre des ressources collectives qui peuvent à moyen terme limiter ou contrecarrer les effets a priori négatifs de sa taille et de sa pauvreté économique. Il reste à ajouter les effets propres, saisis ici en creux, des diverses institutions sur les itinéraires sociaux et professionnels de cette fratrie. Si souligner le rôle central de l’Ecole relève du truisme, mentionner l’effet différenciateur des différentes générations d’enseignants sur les destins des enfants de milieu populaire l’est moins et mériterait une analyse approfondie. De même, il faudrait prendre garde à ne pas réduire la différence des parcours garçons/filles aux seuls effets de la socialisation familiale et scolaire et ne pas oublier aussi le rôle puissamment déstabilisant du racisme vécu – un racisme ordinaire ou institutionnel, en l’occurrence très sexué pour les enfants d’immigrés algériens (jusqu’aux affaires récentes du voile). Ce n’est pas tout à fait un hasard si les deux sœurs aînées déclarent avoir très peu ressenti le racisme ordinaire alors que, dans l’expérience sociale de leurs frères, le racisme vécu – notamment au contact de la police ou dans les stades de football - est au centre de leur existence sociale, jouant un rôle majeur dans la difficile identification à la France ou aux Français, à la différence des deux sœurs aînées.

 

LECTURES

 

Beaud, S. (2015) «Derrière la condamnation des footballeurs de l’équipe de France, un «racisme de classe» ?», Informations sociales, No. 187, p. 110-117

 

Beaud, S. et Pialoux, M. (2002) «Jeunes ouvrier(e)s à l’usine. Notes de recherche sur la concurrence garçons/filles et sur la remise en cause de la masculinité ouvrière», Travail, genre et sociétés, Vol. 2; Numéro 8, p.73-103.

 

Beaud S. et Masclet O., (2006)  «Des «marcheurs» de 1983 aux «émeutiers» de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés, Annales. Histoire, Sciences Sociales, Numéro 4, 61e année, p. 809-843.

 

Beaud S. (2000) «Paroles de militants «beurs». Notes sur quelques contradictions d’une mobilisation politique», Genèses, volume 3, numéro 40, p.131-143.

 

Beaud S. et Pialoux M. (2006), «4. Racisme ouvrier ou mépris de classe ? Retour sur une enquête de terrain», in Éric Fassin et al, De la question sociale & nbsp?, La Découverte, Cahiers libres, p.72-90.

 

Beaud S. et Masclet O. (2002) « Un passage à l’acte improbable ? Notes de recherche sur la trajectoire sociale de Zacarias Moussaoui», French Politics, Culture & Society, Vol. 20, No. 2, p.159-170.

MERCREDI 29 JUIN

9 à 12 heures Conférencière : Mai Thi Thanh Thai (Professeure agrégée. Département d’entreprenariat et d’innovation. HEC). Immigrant entrepreneurial process in Canada: The influence of host vs home countries

RÉSUMÉ

 

Cet article est une étude qualitative à propos de 10 immigrants entrepreneurs ayant démarré leur entreprise au Canada. Nous avons trouvé que les immigrants apportent au pays d’accueil plusieurs impressions de leur pays d’origine et certaines idées sur quoi faire dans le pays d’accueil. Suite à leur arrivée, les conditions locales et la distance psychique peut modifier leurs intentions. Concernant ceux qui avaient prévu créer une entreprise, ces deux facteurs continuent de jouer un rôle important sur la façon dont ils conçoivent les opportunités d’affaires, quels types d’opportunités ils vont poursuivre, quelles ressources ils vont tirer des communautés locales versus les communautés ethniques et ce qu’ils vont faire à leur sortie du monde des affaires. Après avoir vécu dans le pays hôte pour quelques temps, les immigrants acquièrent de nouvelles impressions du pays d’accueil et l’impact de la distance psychique s’affaiblit graduellement. Le résultat est que le processus entrepreneurial se rapproche de celui des entrepreneurs du pays d’accueil.

LECTURES

Ensign PC, Robinson NP. 2011. Entrepreneurs because they are Immigrants or Immigrants because they are Entrepreneurs? A Critical Examination of the Relationship between the Newcomers and the Establishment. Journal of Entrepreneurship 20(1): 33-53.

 

Klapper L, Lewin A, Delgado JMQ. 2011. The impact of the business environment on the business creation process. Springer.

 

Mathias BD, Williams DW, Smith AR. 2015. Entrepreneurial inception: The role of imprinting in entrepreneurial action. Journal of Business Venturing
30(1): 11-28.

Nebus J, Chai KH. 2014. Putting the “psychic” Back in Psychic Distance: Awareness, Perceptions, and Understanding as Dimensions of Psychic Distance. Journal of International Management 20(1): 8-24.

 

Robertson DW, Grant PR. 2016. Immigrant entrepreneurship from a social psychological perspective. Journal of Applied Social Psychology.

13.30 à 16.30 Conférencier : Éric Charest (Professeur agrégé à l’ÉNAP et chercheur au CEETUM) - Migration et représentativité des administrations publiques : un état des lieux au Québec

RÉSUMÉ

Garantir la légitimité des administrations en s’assurant de leur représentativité n’est pas une idée nouvelle : dès les années 1940, Kingsley (1944), en étudiant l’administration britannique défendait l’idée qu’aucune administration ne saurait être démocratique sans être représentative de sa population. Afin de remédier à ou de prévenir une pareille situation, la plupart des États ont mis en œuvre des moyens afin de s’assurer de la représentativité de leur administration. En effet, celles qui ont un faible niveau de représentation des groupes minorisés dans leurs effectifs pourraient être perçues par les citoyens comme illégitimes et, par méconnaissance de ces groupes, offrir des services qui seraient mal adaptés aux caractéristiques de ces populations. Ces deux aspects intimement reliés, la légitimité et l’efficacité, sont au cœur du modèle théorique de la bureaucratie représentative. Partant de l’exemple québécois et en s’intéressant particulièrement à la situation des groupes d’immigrants récents, cette présentation mettra en lumière les principaux enjeux, discutera des perceptions des administrateurs publics et proposera des pistes de réflexion sur l’importance de cette représentativité et les possibilités de l’améliorer dans les administrations québécoises.

LECTURES

 

Bradbury, M., et J. E. Kellough (2010). Representative Bureaucracy: Assessing the Evidence on Active Representation. The American Review of Public Administration, vol. 41, no. 2, p. 157-167

 

Groeneveld, S., et S. Van de Walle (2010). A contingency approach to representative bureaucracy: power, equal opportunities and diversity, International Review of Administrative Sciences, vol. 76, no. 2, p. 239-258.

 

Kennedy, B. (2012). Unraveling Representative Bureaucracy: A Systematic Analysis of the Literature, [en ligne], Administration & Society, vol. 46, no. 4, p. 395-421.

 

Expert du milieu professionnel : Fo Niemi (Directeur général – Centre de recherche-action sur les relations raciales/ CRARR). La représentativité des groupes ethnoculturels dans l’administration publique : des progrès?

JEUDI 30 JUIN

9 à 12 heures  Conférencière : Maria Vincenza Desiderio (Analyste politique-Migration Policy Institute-Europe)  Le système Canadien Express Entry : un modèle pour la gestion des migrations de travailleurs qualifiés à destination de l’Union Européenne ?

RÉSUMÉ

Depuis 2015 le Canada applique un système de gestion de la migration permanente à des fins de travail qui requiert que les candidats manifestent leur intérêt à immigrer par le biais d’un dossier électronique (incluant des informations sur le niveau de compétence linguistique, l’équivalence des qualifications acquises à l’étranger, ainsi que leur capacité à remplir les conditions pour au moins un programme fédéral d’immigration de travail), avant de pouvoir déposer une demande d’immigration. Ce système, qui est connu sous e nom de « Express Entry », vise à offrir une priorité à l’immigration pour ces migrants qualifiés qui auraient les meilleures chances de réussir leur intégration économique au Canada – du fait de leurs qualifications, compétences ainsi que de la demande des employeurs ou des autorités territoriales – tout en préservant un équilibre entre les objectifs de courte et longue durée dans la politique migratoire.    

Express Entry est une variante des systèmes de gestion des migrations axés sur la manifestation d’intérêt introduits auparavant par la Nouvelle Zélande et l’Australie, et remplace les systèmes traditionnels de gestion des demandes d’immigration de travail de type « premier arrivé, premier servi » qui, dans ces pays, s’étaient rendus responsables de délais d’admission très longs et n’avaient pas facilité la rencontre optimale entre la demande et l’offre de main d’œuvre étrangère qualifiée.  

Tout en ayant des politiques et des histoires migratoires très différentes, l’Europe et le Canada sont confrontés à des défis similaires pour ce qui en est d’assurer la rencontre optimale entre demande et offre de travailleurs étrangers qualifiés. Au moment où la Commission Européenne est engagée dans la refonte de la politique de migration légale de l’Union, le système Canadien Express Entry a retenu l’attention et pourrait offrir inspiration pour un nouveau modèle de gestion des migrations des travailleurs qualifiés en Europe.

Cette conférence vise à offrir une analyse détaillée du système Canadien Express Entry, aussi en comparaison avec d’autres systèmes axés sur la manifestation d’intérêt. La possibilité d’adaptation de ce système au contexte de l’Union Européenne fera également l’objet de discussions.

LECTURES

Desiderio, Maria Vincenza and Kate Hooper. 2016. The Canadian Expression of Interest System: A Model to Manage Skilled Migration to the European Union?  Brussels, Migration Policy Institute Europe. http://www.migrationpolicy.org/research/canadian-expression-interest-system-model-manage-skilled-migration-european-union  

Bedford, Richard and Paul Spoonley. 2014. Competing for Talent: Diffusion of an Innovation in New Zealand’s Immigration Policy. International Migration Review 48 (3): 891–911. 

Desiderio, Maria Vincenza. 2014. Attracting Highly-Skilled Human Resources across Borders: a Comparative Study with Relevance to Brazil, Brasilia, MDIC (original in Portuguese) http://www.sectordialogues.org/sites/default/files/acoes/documentos/indr0002_atracao_transfronteirica_de_rh_altamente_qualificados.pdf 

Desiderio, Maria Vincenza. 2013. Improving Access to Labour Market Information for Migrants and Employers—Executive Summary. In Improving Access to Labour Market Information for Migrants and Employers. Brussels: International Organization for Migration. www.labourmigration.eu/research/report/23-improving-access-to-labour-market-information-for-migrants-and-employers.

 

OECD. 2014. Recruiting Immigrant Workers: New Zealand 2014. Paris: OECD Publishing. www.oecd-ilibrary.org/social-issues-migration-health/recruiting-immigrant-workers-new-zealand-2014_9789264215658-en.

 

Papademetriou, Demetrios G. and Madeleine Sumption. 2011. Rethinking Points Systems and Employer-Selected Immigration. Washington, DC: Migration Policy Institute. www.migrationpolicy.org/research/rethinking-points-systems-and-employer-selected-immigration.

13.30 à 16.30  Conférencier : Patrick Simon (Directeur de recherche à l’Institut national d ‘études démographiques –Paris  et Professeur invité City University of New York).  La mesure des discriminations sur le marché du travail : expériences européennes et nord-américaines.

RÉSUMÉ

La question des discriminations est devenue centrale en Europe comme en Amérique du Nord. Après une mise sur agenda politique à des moments différents selon les pays, des politiques de lutte contre les discriminations ont été mises en place tandis que de nombreuses recherches ont été consacrées à cette thématique. Le problème de la mesure des discriminations reste cependant posé aussi bien dans les contextes politiques et juridiques que scientifiques. La séance sera consacrée à la présentation des enjeux méthodologiques posés par la mesure des discriminations et des différentes approches développées dans les travaux quantitatifs, en prenant le marché du travail comme terrain d’observation de ces approches.

LECTURES

Heath A., Liebig T. et Simon P. (2013) “Discrimination against immigrants –Measurement, incidence and policy instruments”, in International Migration Outlook 2013, OCDE, p.191-230.

Lesné M. et Simon P. (2015) « La qualification de la discrimination et sa mesure : l’enregistrement de l’expérience discriminatoire par enquête », in Ringelheim J., Herman G. et Rea A. (Ed.) Politiques Antidiscriminatoires, Louvain-la-Neuve, De Boeck, p.27-48.

Simon P. (2008) « La mesure des discriminations ethniques et raciales : comparaisons internationales », in Fassin E. et Halpérin J-L (dir.) Discriminations : pratiques, savoirs et politiques, Paris, La Documentation Française, p.131-148.

 

Blank R.M., Marilyn Dabady, and Constance F. Citro, (Ed) (2004) Measuring racial discrimination, National research council of the national academies, Washington DC, National academies press.

 

Pager D. et Shepherd H. (2008) « The sociology of discrimination: racial discrimination in employment, housing and consumer markets”, Annual Review of Sociology, vol 34, pp.181-209.

 

Rooth, D. (2010). “Automatic associations and discrimination in hiring:  Real world evidence”, Labour Economics. Vol 17, pp. 523-534.

 

Vendredi 1er Juillet

9h à 12 h : Conférencier : Patrick Simon - (Directeur de recherches à l’Institut National d ‘Études Démographiques (INED) ; Chercheur associé au Centre d’Études Européennes de Sciences Po et Professeur distingué invité dans le programme ARC de la City University of New York). – L’identité nationale en crise ? Positions des minorités et débats en Europe et Amérique du Nord.

RÉSUMÉ

Les pays d’Europe de l’ouest connaissent tous à des degrés divers des crises de leur modèle d’intégration où se combinent plusieurs paramètres : forte augmentation de la diversité ethnique suite aux migrations et à l’émergence d’une seconde génération, montée des populismes, transformation profonde des sociétés devenues multiculturelles et globalisées. Les réponses à cette crise varient mais impliquent à chaque fois une réflexion inquiète sur l’identité nationale et ses capacités à produire de la cohésion entre les divers groupes constituants. Par contraste, les débats autour de la société multiculturelle ne semblent pas toucher de la même façon l’identité nationale en Amérique du Nord. La séance sera consacrée à l’examen de cette question en combinant analyse de textes et travail sur des données empiriques concernant l’intégration des minorités et leur appartenance nationale dans une perspective comparative.  

LECTURES

Bloemraad, I. 2013.  “Being American / Becoming American: Birthright Citizenship and Immigrants’ Membership in the United States”,  Studies in Law, Politics and Society 60: 55-84.

Escafré-Dublet A. et Simon P. (2014) « Ce qu’il y a derrière l’identité nationale : l’appartenance face à l’altérisation », in Husson-Rochcongar C. et Jourdain V. (Dir) L’identité nationale : instruments et usages, Paris, PUF et CURAPP, p.63-80.

Foner N. and Simon P. (Ed.) (2015) Fear, Anxiety, and National Identity: Immigration and Belonging in North America and Western Europe, New York, Russel Sage Foundation.

Michalowski, I.  (2011) “Required to Assimilate? The Content of Citizenship test in Vive Countries,” Citizenship Studies 15 (6-7): 749-768.

Banting, K., and S. Soroka. 2012. “Minority Nationalism and Immigrant Integration in Canada.” Nations and Nationalism 18(1): 156-176.

Schneider, Jens et al. 2012.  “Identities: Urban Belonging and Intercultural Relations.” In

Maurice Crul, Jens Schneider, and Frans Lelie (eds.) The European Second Generation Compared, Amsterdam: Amsterdam University.

Expert du milieu professionnel : Mouloud Idir, (Coordonnateur du secteur Vivre ensemble au Centre Justice et foi)

13.30 à 16.30 Conférencier : Paul Eid (Sociologie-Université du Québec à Montréal). Les « nouveaux habits du racisme » dans des sociétés occidentales qui se considèrent « postraciales ».

RÉSUMÉ

En prenant comme cas d’illustration le Québec, nous analyserons les « nouveaux habits du racisme » dans des sociétés occidentales se concevant désormais comme « postraciales ». Plus précisément, comment appréhender théoriquement le racisme, tant dans ses manifestations symboliques que matérielles, dans un contexte où ses victimes, les minorités dites « racisées », sont stigmatisées en raison d’une assignation, non plus à une race biologique, mais à une altérité culturelle présumée insoluble dans la culture nationale ? Faut-il alors reconceptualiser la notion de « race » afin de prendre acte de cette tangente culturaliste prise par le racisme contemporain ? Par ailleurs, dans ce paradigme « postracial », les inégalités intergroupes apparaissent également comme le fruit d’une distribution inégale du « capital humain » requis pour réussir sur le marché de l’emploi (ex. : expérience pertinente, diplôme, maîtrise de la langue, etc.). Du coup, le mythe (néo)libéral selon lequel nous vivrions dans une société méritocratique contribue à masquer le fait que nos sociétés, loin d’être indifférentes aux différences, sont encore profondément structurées et hiérarchisées sur une base « ethnoraciale ». Nous verrons ainsi, données à l’appui, comment peut être vérifiée l’hypothèse de la discrimination raciste sur le marché de l’emploi. Nous verrons comment la discrimination revêt aujourd’hui une forme largement systémique qui contribue à reproduire les privilèges du groupe majoritaire, et ce, alors même que l’intention raciste est devenue un facteur largement secondaire pour expliquer les processus d’exclusion et de marginalisation socioéconomique que subissent les immigrants racisés sur le marché de l’emploi.

LECTURES

Ducharme Daniel et Paul Eid (2005). La notion de race dans les sciences et l¹imaginaire raciste : la rupture est-elle consommée ?, Montréal, Commission des droits de la personne et de la jeunesse du Québec, p. 3-12. En ligne: www.cdpdj.qc.ca/publications/race_science_imaginaire_raciste.pdf

Bonilla-Silva, Eduardo (2010, 2006c). Racism without Racists: Color-blind racism & Racial Inequality in Contemporary America, Lanham: Rowman and Littlefield, p. 25-52.

Experte du milieu professionnel : Katia Atif (Coordonnatrice – Action travail des femmes / ATF). L’impact de la discrimination systémique dans un contexte intersectionnel sur les femmes immigrées et racisées dans leur processus d’insertion en emploi.

SAMEDI 2 JUILLET

9 à 12 heures Conférencier : Yves Doutriaux (Conseiller d’État et Secrétaire général pour la France du comité France-Québec sur la reconnaissance des qualifications professionnelles des professions réglementées). Principes et mise en œuvre des arrangements permettant l’installation de professionnels relevant de professions règlementées entre les États membres de l’Union européenne et entre la France et le Québec. Perspectives ouvertes par l’AECG entre le Canada et l’UE.

RÉSUMÉ

Si le droit des citoyens de l’UE  d’exercer des activités économiques dans un autre Etat membre est un droit fondamental, les Etats restent libres de subordonner l’accès à certaines professions « réglementées »  à la possession d’une  qualification  en vue de protéger les  consommateurs, à des règles d’organisation, de déontologie ou de responsabilité .Pour encadrer ces limites légitimes à la libre circulation , des règles ont été instituées pour faciliter la reconnaissance mutuelle des  qualifications. Le Conseil a adopté des directives visant à la reconnaissance mutuelle des diplômes puis a cherché à prendre  en compte l’expérience professionnelle et à comparer non  seulement les diplômes mais aussi  les connaissances nécessaires pour exercer une profession .Le système de reconnaissance emprunte deux voies : pour certaines professions ,  un niveau minimal  de formation a été harmonisé au niveau de l’Union si bien que la reconnaissance peut  en être automatique ; pour d’autres professions, l’Etat d’accueil  peut imposer des mesures de compensation. Une nouvelle directive a introduit en 2013 la possibilité d’une carte professionnelle européenne facilitant la mobilité et la reconnaissance. Pourtant la mobilité professionnelle entre les Etats de l’UE reste faible si on la compare à celle qui prévaut au sein des Etats-Unis ou du Canada. Les flux migratoires intra-européens étaient plus importants avant la création de la CEE, les migrations dans l’UE concernant aujourd’hui davantage les migrations extra-européennes avec de notables exceptions.

La France et le Québec ont conclu en 2008 une entente en vue de faciliter l’installation de professionnels « réglementés » dans une optique de libéralisation des échanges dans un cadre francophone ; plus de 70 arrangements de reconnaissance mutuelle des qualifications ont été signés entre les autorités compétentes. Près de 2000 Français ont pu s’installer au Québec dans ce cadre. Toutefois la mise en œuvre de ces arrangements se heurte parfois à des difficultés tenant aux différences entre les législations ainsi qu’à l’évolution des besoins de main d’œuvre tandis que certaines professions n’ont pas souhaité à ce stade s’ouvrir aux flux France-Québec. Cette expérience franco-québécoise, sans précédent  en dehors du cadre spécifique de l’UE, intéresse les experts des migrations professionnelles et a inspiré les  négociateurs de l’AECG.

Par le chapitre 13 de l’AECG, l’UE et le Canada s’engagent à encourager leurs autorités compétentes à envisager des projets d’accords de reconnaissance mutuelle des professions réglementées en tenant compte notamment des opportunités économiques. Ces projets devront être soumis à un comité conjoint co-présidé par l’UE et le Canada qui vérifiera si ce projet d’accord est compatible avec les principes de la coopération euro-canadienne( traitement national…).A ce stade , il parait difficile de prévoir les effets pratiques de ce chapitre de l’AECG  car beaucoup dépendra de la bonne volonté des autorités compétentes dans les États membres et les provinces.

LECTURES

« Quelles sont les interactions entre l’entente France- Québec sur la reconnaissance des qualifications professionnelles afin de permettre l’autorisation d’exercice des professions réglementées et le projet d’accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada » Revue de l’Union européenne, mai 2014

Entente le Québec et la France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles du 18 octobre 2008 sur la reconnaissance des qualifications professionnelles.

Rapport Annuel 2014 des secrétaires généraux au comité bilatéral de l’entente entre le Québec et la France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles.

Chapitre 13 de l’AECG – Accord Économique et Commercial Global

13.30 à 15  heures.  CONFÉRENCE DE CLÔTURE : Yves Doutriaux.   La crise migratoire en Europe. 

RÉSUMÉ

Les conflits au Moyen-Orient (Syrie, Iraq) et en Afrique du nord(Libye) ont contribué à partir de 2011 à une croissance exponentielle du nombre de réfugiés et de migrants clandestins affluant aux frontières extérieures de l’UE par la voie maritime vers l’Italie puis la Grèce. Le  fonctionnement des mécanismes qui avaient accompagné dans la décennie précédente  la  disparition des contrôles frontaliers intra-européens au sein de la zone Schengen et des règlements européens relatifs aux conditions d’accueil des demandeurs d’asile ( Dublin)  a été durement  mis à l’épreuve d’autant que les Etats membres ont adopté des politiques d’accueil  divergentes :Allemagne d’un côté, Europe de l’est de l’autre, le reste de l’Europe optant pour des solutions intermédiaires tandis que le Royaume-Uni, en dehors de Schengen, est extérieur au principe de solidarité entre Etats européens  à l’endroit des candidats à l’asile. Des solutions d’urgence peu orthodoxes (accord avec la Turquie de mars 2016) ont été mises en place. L’Union saura-t-elle faire face à ce nouveau défi en préservant à la fois son espace de libre circulation interne tout en respectant ses valeurs, en principe communes, en matière d’accueil des réfugiés ?

LECTURES

« Vers la fin de la saga de la querelle institutionnelle au sein de l’Union » in mélanges Manin 2010 éditions A. Pedone

 

« L’Union Européenne et la Turquie d’ici 2020 : convergences ou divergences ? » revue de l’Union Européenne n°542 octobre- novembre 2010

 

Rapport de l’observation du scrutin constituant tunisien du 23 octobre 2011 Organisation internationale de la Francophonie

 

« L’Union Européenne et la zone OSCE » revue de l’Union Européenne juin 2012

 

« Les institutions européennes à l’épreuve de la crise de la zone euro » in « grandeur et misère de la finance moderne » Eyrolles, ouvrage collectif publié en 2013 par le cercle Turgot à l’occasion de ses 25 ans

 

“How can dialogue with Russia restart?”  janvier 2016 à paraitre in Human Security and Human rights (formerly Helsinki Monitor)

 

Expert du milieu professionnel : André Gariépy  (Commissaire au plaintes en matière de reconnaissance des compétences professionnelles de l’Office des professions du Québec – (À confirmer)

15 heures : Cocktail de clôture à la Librairie Olivieri – 5219 Côte-des-Neiges - pour tous les participants à l’École d’été et remise des certificats par le CÉRIUM

 

BIOGRAPHIES DES CONFÉRENCIERS

Tania Saba

 

Madame Tania Saba est doyenne de la Faculté des Arts et des Sciences et professeure titulaire à l'École de relations industrielles depuis 1995 et chercheuse affiliée au Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation du travail. Ses axes de recherche portent sur le vieillissement au travail, les différences intergénérationnelles, la transformation des relations d'emplois, la gestion des ressources humaines dans les entreprises multinationales et, notamment, le transfert des connaissances, les programmes de mobilité et le développement des talents à l'international.

 

Madame Saba a été directrice de l'École de juin 2008 à mai 2010, vice-doyenne aux études de 1er cycle de juin 2010 à mai 2012, puis vice-doyenne aux études supérieures et aux affaires extérieures de juin 2012 à mai 2015. Elle a acquis tout au long de son parcours une très bonne connaissance de notre institution, de son fonctionnement et de ses instances.

 

 

 

Marie-Thérèse Chicha

 

Marie-Thérèse Chicha est professeure titulaire à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire en Relations Ethniques de l’Université de Montréal. En raison de son engagement dans la lutte contre les discriminations et l’égalité des genres, elle vient de recevoir le Prix du gouverneur général du Canada en commémoration de <l’affaire personne>.

http://www.cfc-swc.gc.ca/commemoration/gg/recepient-fr.html

 

En 1995, Marie-Thérèse Chicha a présidé le comité d’expertes mandatées par le gouvernement du Québec pour préparer la Loi sur l’équité salariale; entre 2001 et 2004, elle a été membre du Groupe de travail fédéral, mandaté par le Ministre de la Justice du Canada pour proposer une nouvelle Loi sur l’équité salariale au plan fédéral.

 

M-T Chicha est l’auteure de plusieurs articles et ouvrages relatifs à l’intégration en emploi des immigrés, l’égalité professionnelle, l’équité salariale, la gestion de la diversité.  Depuis 2004, elle agit comme experte en matière de politiques d’égalité auprès du Bureau international du travail (Genève). Dans ce cadre, elle a été invitée par divers gouvernements (Allemagne, France, Danemark, Belgique, Suède, Maroc, Royaume-Uni, États-Unis) ainsi que dans le cadre du programme EQUAL de l’Union européenne au Portugal et en Ukraine.

 

Stéphane Beaud

 

Stéphane Beaud est sociologue et politiste. Il a été enseignant à l'Université de Nantes (1996-2007), l'école normale supérieure de Paris-ulm (2007-14) et désormais à l'Université de Nanterre.

Il a notament publié :

 

Guide de l’enquête de terrain, avec Florence Weber, La Découverte, Coll. Guides Repères. 1997. 4e édition (largement refondue), 2011. Traduction en portugais/brésilien 

Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, avec Michel

 

Pialoux, Fayard, 1999. Traduction en allemand aux Presses Universitaires de Constance (2004), Traduction en portugais/brésilien (Rio, 2009), en espagnol aux éditions Antrofagia, Buenos AiresEdition de poche, La Découverte, 2012, avec une longue postface inédite.

 

80% au bac… Et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, La découverte, coll. Enquêtes de terrain, 2002 (édition de poche, La Découverte, 2003.

 

Violences urbaines, violence sociale. Genèses des nouvelles classes dangereuses, avec Michel Pialoux,2003,Fayard. Edition de poche, Hachette Pluriel, octobre 2004. (Traduction en cours en allemand).

 

 « Pays de malheur ». Un jeune de cité écrit à un sociologue, [avec Younes Amrani, La Découverte, 2004. Edition de poche, La Découverte, 2005.

 

 Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, La Découverte, 2012.

 

 

 

 

Brahim Boudarbat            

 

Brahim Boudarbat est professeur titulaire à l’École des relations industrielles de l’Université de Montréal. Il est titulaire d’un doctorat en sciences économiques de l’Université de Montréal. Avant d’occuper son poste actuel, il a été chercheur postdoctoral et chargé de cours à l'Université de la Colombie-Britannique. Il est affilié à plusieurs centres et groupes de recherche dont le CIRANO et le Groupe de recherche sur l'économie de l'immigration (Université d’Ottawa). Ses recherches portent sur l’intégration des immigrants dans le marché du travail, les inégalités de revenus, les conditions de travail des Canadiens, et l’emploi des jeunes dans le monde arabe.

 

 

 

 

 

Maria Vincenza Desiderio 

 

Maria Vincenza Desiderio is a Policy Analyst at MPI Europe. Her work focuses on economic migration, immigrant integration, foreign credentials recognition, and the linkages between migration and development.

Prior to joining MPI Europe, Ms. Desiderio served for four years as a Policy Analyst in the International Migration Division of the Organization for Economic Cooperation and Development (OECD), where she contributed to the OECD flagship publication International Migration Outlook (the 2009-12 editions). She also worked as a Research Officer at the International Organization for Migration (2012-13), where she coordinated the research activities of the Independent Network of Labour Migration and Labour Market Integration Experts (LINET), aimed at supporting the European Commission’s decisionmaking in the field of migration.

 

Ms. Desiderio has carried out research and published on a broad range of migration issues including: labor migration; migrant entrepreneurship; the effects of the establishment of free labor mobility areas on international migration and labour markets; the relative role of migration for addressing labor and skills shortages in the European Union; and practices of access to labor market information in migrant employment and of recognition of foreign qualifications in EU, OECD and ASEAN countries. 

Ms. Desiderio is currently a Member of the Expert Group on Economic Migration set up by DG Migration and Home Affairs of the European Commission to steer reflections on a new EU policy of legal migration, starting with the reform of the EU Blue Card. She has also advised several other Commission’s services as well as national governments in Europe, the Americas and the ASEAN region.        

Yves Doutriaux

 

Conseiller d’Etat (depuis avril 2007)  affecté aux sections du Contentieux et des Finances du Conseil d’Etat

Membre du collège anti-discriminations auprès du Défenseur des droits 

Professeur associé  à l’Université de Paris1(UFR 06, CEP)  ; chargé de cours en géopolitique à l’Université Paris-Dauphine(master 212) 

Secrétaire général pour la France du comité France -Québec sur la reconnaissance des qualifications professionnelles des professions règlementées 

Chef de projet du jumelage de l’U.E. Conseil d’Etat/Haute Cour Administrative d’Ukraine ( 2011-2013)

Ministre plénipotentiaire, Ambassadeur de France auprès de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe(OSCE)à Vienne(2003-2006)

Représentant  permanent adjoint de la France auprès de l’ONU à New- York(1998-2002)

Consul général de France à Toronto, Canada 1992-1995

Conseiller auprès de la Représentation de la France auprès de l’Union européenne à Bruxelles 1988-1992

Elève à l’ENA 1977-1979

Diplôme de l’Institut d’études politique de Paris( service public) 1975-1977

Diplôme d’Etudes Approfondies  Université Paris I (conjoncture et politiques économiques) 1977-1978

Licence en  Sciences économiques Lille I puis Paris II 1971-1975

Chevalier de la légion d’honneur

Chevalier de l’ordre national du mérite

Ouvrages :

-« la politique régionale de la CEE » coll que sais-je ? PUF 1990,

-« Le traité sur l’Union Européenne » Dalloz 1992 ,

-« les Institutions Européennes » avec Christian Lequesne documentation française collection « réflexe Europe » 9 éditions entre 1994 et 2013

-« la diplomatie :les dessous des relations entre les Etats» éditions autrement 2008 ,  « Diplomacy : motor of State Relations »-même éditeur).

-« Euro-gouvernance et Euro-management » éditions ESKA avec le professeur Jean-Jacques Pluchart 2010

Articles  et autres contributions récents :

« Vers la fin de la saga de la querelle institutionnelle au sein de l’Union » in mélanges Manin 2010 éditions A.Pedone

« L’Union Européenne et la Turquie d’ici 2020 :convergences ou divergences ? » revue de l’Union Européenne n°542 octobre- novembre 2010

« Le droit du sport et le Conseil d’Etat » actes d’un séminaire organisé par l’IEP d’Aix-en-Provence publié chez Hermès Sciences 2011

Rapport de l’observation du scrutin constituant tunisien du 23 octobre 2011 Organisation internationale de la Francophonie

« L’Union Européenne et la zone OSCE » revue de l’Union Européenne  juin 2012

« Les institutions européennes à l’épreuve de la crise de la zone euro » in « grandeur et misère de la finance moderne » Eyrolles  , ouvrage collectif publié en  2013  par le cercle Turgot à l’occasion de ses 25 ans

« Quelles sont les interactions entre l’entente France- Québec sur la reconnaissance des qualifications professionnelles afin de permettre l’autorisation d’exercice des professions réglementées et le projet d’accord économique et commercial  global entre l’Union européenne et le Canada »  revue de l’Union européenne mai 2014

“How can  dialogue with Russia restart ?”  janvier 2016 à paraitre in Human Security and Human rights ( formerly Helsinki  Monitor )

 

 

Paul Eid

 

Paul Eid est professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal. Ses travaux portent notamment sur le processus de construction de l'identité ethnique et religieuse chez les enfants d’immigrants. Il s’intéresse aussi à la prise en compte politique et juridique du pluralisme religieux et ethnoculturel dans l’espace public québécois. Ces dernières années, ses recherches et publications ont surtout porté sur le racisme et les discriminations dans l’espace public, notamment la discrimination ethnoraciale à l’embauche et le profilage racial menant à la sur judiciarisation des minorités racisées. Il travaille actuellement à mieux comprendre les mécanismes contribuant à la surconcentration d’immigrants récents à Montréal dans des entreprises offrant des emplois non qualifiés délaissés par les natifs parce qu’exigeants, précaires et mal rémunérés.
 
Adèle Garnier

Adèle Garnier est chercheuse postdoctorale au CRIMT et à la Faculté de Droit de l’Université de Montréal. Politologue de formation, elle est titulaire d’un doctorat en science politique en cotutelle de l’Université de Leipzig (Allemagne) et Macquarie University (Australie). Ses recherches adoptent une approche institutionnaliste pour explorer les convergences et divergences entre politiques migratoires du niveau local au niveau global. Elle travaille actuellement sur les liens entre l’admission de différentes catégories de réfugiés au Canada et leur intégration au marché du travail de la région de Montréal. Elle a publié entre autres dans le Journal of Ethnic and Migration Studies et Refuge et prépare actuellement le volume Refugee Resettlement : Power Politics and Humanitarian Governance  en codirection avec Liliana L. Jubilut et Kristin B. Sandvik, à paraitre chez Berghahn Books en 2017.

 

Gilles Grenier

Gilles Grenier est membre du corps professoral du département de science économique de l'Université d’Ottawa depuis 1981 et est professeur titulaire depuis 1995. Il a été le directeur de ce département à deux reprises, soit de 1985 à 1989 et de 1997 à 2002. Il a fait ses études en science économique à l’Université Laval (baccalauréat), à l’Université d’Ottawa (maîtrise) et à Princeton University (Ph.D.). Son principal domaine de spécialisation est l’économie du travail appliquée. Il s’intéresse particulièrement aux effets des attributs linguistiques sur les salaires et au marché du travail des immigrants. Il est membre du Groupe de recherche sur l’économie de l’immigration de l’Université d’Ottawa. Les revues dans lesquelles il a publié incluent Canadian Journal of Economics, Canadian Public Policy, L’Actualité économique, Journal of Human Resources, Social Science Quarterly, Journal of Human Capital et Journal of Political Economy.

 

Éric Charest 

 

Éric Charest est professeur en gestion des ressources humaines à l’École nationale d’administration publique et chercheur associé au Centre des études ethniques des universités montréalaises (CEETUM). Il est titulaire d’un Ph. D. en relations industrielles de l’Université de Montréal. Ses travaux de recherches portent sur la discrimination en emploi, la représentativité des administrations, l'intégration des femmes dans les professions et secteurs majoritairement masculins, la gestion de la diversité et les politiques publiques pour combattre les discriminations. Il a travaillé en tant que formateur accrédité en équité salariale auprès de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec. En collaboration avec Louise Lemire et Gaétan Martel, il a rédigé trois livres sur la gestion des ressources humaines dans le secteur public. Il a participé à plusieurs missions en Afrique qui visaient le développement des capacités de gestionnaires publics, notamment en matière de planification stratégique, en gestion prévisionelle et intégrée des emplois et des compétences et sur les enjeux de genre en matière de développement durable. Au Canada, il a réalisé de nombreuses activités de consultation auprès de ministères et organismes. Il a co-rédigé récemment un rapport diagnostic majeur sur la situation en emploi des femmes dans le secteur de la fabrication métallique industrielle dans la région de Montréal (2015).

 

Mai Thi Thanh Thai

Mai Thi Thanh Thai est professeure à HEC Montréal où elle enseigne l’entrepreneuriat, les stratégies dans les marchés émergents et la méthode qualitative. Elle est aussi rédactrice en chef du Journal of Small Business and Entrepreneurship (JSBE), une revue internationale qui publie des articles scientifiques en anglais et en français. Sa recherche porte sur le lien entre l’entrepreneuriat et ses contextes socio-économique, culturel et politique. Elle a publié deux livres, plusieurs articles, des chapitres de livres et présenté son travail dans de nombreux colloques. Elle a obtenu différents prix  pour sa recherche et son enseignement.

Patrick Simon

Patrick Simon est socio-démographe, Directeur de Recherches à l'Institut national d'études démographiques (INED) (Paris, France) dans l'unité de recherche " Migrations internationales et minorités " et chercheur associé au Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po. Il est distinguished visiting professor dans le programme ARC de la City University of New York.

Il travaille depuis 20 ans sur les relations interethniques et les discriminations dans les sociétés multiculturelles, la division sociale de l’espace (ségrégation résidentielle et politique urbaine), sur les classifications statistiques de la diversité ethnoraciale et sur l’immigration approchée sous de multiples aspects : trajectoires sociales des immigrés et de leurs descendants; processus de constitution et de reproduction des minorités ethniques et raciales  (traitement politique, transmission de la langue et invention culturelle, identités collectives). Patrick Simon co-dirige à l'INED l’enquête « Trajectoires et Origines » sur la diversité des populations en France. Expert pour le Conseil de l'Europe (ECRI), Eurostat et l’ONU (OHCHR), il a été membre du conseil scientifique de la Fundamental Rights Agency (commission européenne) à Vienne de 2009 à 2013, a siègé à l’executive board et au Board of Directors du réseau d’excellence européen IMISCOE (International Migration, Integration and Social Cohesion in Europe) et présidé le comité scientifique « Intégration des immigrés » de l’UIESP (Union Internationale pour l’Etude Scientifique des Populations). Il est membre de l’Observatoire de la Diversité au CSA et préside l’Alliance de Recherche sur les Discriminations du Conseil Régional d’Ile-de-France.

Il enseigne en master de sociologie de l’action publique à Sciences Po. Il est membre des comités de rédaction de Sociétés Contemporaines, Ethnic and Racial Studies, Comparative Migration Studies.

Publications (récentes)

Beauchemin C., Hamel C. et Simon P. (Dir) (2016) Trajectoires et Origines. Enquête sur la diversité des populations en France., Paris, Editions de l’INED.

Simon P. et Piché V. (Ed)  (2013) Accounting for ethnic and racial diversity: the challenge of enumeration, Oxon, Routledge.

Foner N. and Simon P. (Ed.) (2015) Fear, Anxiety, and National Identity: Immigration and Belonging in North America and Western Europe, New York, Russel Sage Foundation.

Simon P., Piché V. and Gagnon A. (2015) Social Statistics and Ethnic Diversity: Cross-National perspectives in classifications and identity politics, Springer.

Simon P. (2014) « La question des statistiques ethniques en France », in M.Poinsot et S.Weber (dir) Etat des savoirs : Migrations et mutations de la société française, Paris, La Découverte, p. 297-306.

Kerlande Mibel                                                                                                                                                                 

 

Kerlande Mibel a terminé un baccalauréat en communication à l’UQAM et est titulaire d’un diplôme de 2e cycle (DESS) en gestion et développement des organisations de l’Université Laval. Elle a démarré Zwart communication, une agence de communication qui se spécialise dans le marketing des diversités. Elle a fondé cette agence parce qu’elle croit dans la richesse que représente la diversité pour l’épanouissement de la société québécoise.

Avant cela, elle a été conseillère politique au Cabinet du Maire de Montréal. Elle a œuvré pendant dix ans en dé- veloppement économique, employabilité et entrepreneuriat féminin. Elle a, entre autres, créé et géré des pro- grammes de marketing pour les entrepreneures et fait la promotion de l’entrepreneuriat féminin auprès des dé- cideurs montréalais. Elle a enseigné les programmes Lancement d’une entreprise et Ventesconseils pour deux commissions scolaires. À titre de professionnelle en développement économique, Kerlande Mibel a été l’instiga- trice du Défi de l’entrepreneuriat au féminin de Montréal et des journées de l’entrepreneuriat féminin des profes- sionnels en développement économique.

Engagée, elle a siégé au Conseil exécutif national du PQ ; réalisée deux mandats à la présidence de la Jeune Chambre de commerce haïtienne ; effectuée deux mandats au CA du Regroupement des Jeunes chambres de commerce du Québec. Elle a été également membre du Forum jeunesse de l’île de Montréal et du comité femme de la Confé- rence régionale des élus de Montréal. Elle a fait partie du comité de coordination de Grahn-Monde. Actuellement, elle est administratrice au conseil d’administration du CECI, de la Fondation de l’Office municipal d’habitation de Montréal et de Grands Frères Grandes Sœurs du Canda (Big Brothers Big Sisters of Canada).

 

Mouloud Idir

 

Mouloud Idir est coordonnateur du secteur Vivre ensemble du Centre justice et foi (qui existe depuis plus de 25 ans), un secteur qui s’intéresse aux enjeux reliés à l’immigration et à la protection des réfugiés. Cela l’amène notamment à se pencher sur l’économie politique des migrations internationales. À ce titre, il suit de près les enjeux relatifs aux nouvelles politiques migratoires des pays occidentaux, en particulier l’impact des récentes mesures politiques à l’égard des réfugiés, ainsi qu’aux nouvelles formes de précarité qui découlent des programmes temporaires de travail.

Il détient une maitrise en science politique de l’UQAM, spécialité relations internationales. Il est membre du Groupe de recherche et d’initiatives pour la libération de l’Afrique (GRILA) au sein duquel il anime notamment une émission consacrée à l’actualité sociopolitique africaine sur les ondes de CKUT 90.3 FM. Il s’intéresse beaucoup à la reconfiguration des rapports de pouvoir à l’échelle mondiale dans le cadre de la mutation géopolitique qui a cours actuellement au sein du système mondial. Il est membre du comité de suivi du Collectif Échec à la guerre, une organisation de la société civile québécoise opposée à la guerre et au militarisme. Cela l’amène à suivre de près les enjeux relatifs aux discours moraux justifiant le recours à la force et l’expansionnisme militariste.

 

 

Madame Atif

 

Madame Atif est coordonnatrice d’Action travail des femmes depuis janvier 2011. Elle a plus de 15 ans d’expérience dans le milieu communautaire et auprès d’organismes de défense de droits œuvrant auprès des femmes, des personnes immigrantes, des personnes sans statut et des personnes handicapées. Elle détient une formation universitaire de premier cycle effectuée entre la France et le Québec en sociologie de l’éducation à l’Université Paris-Sorbonne, en animation et recherche culturelles et finalement en immigration et relations interethniques à l’Université du Québec à Montréal.

 

Elle est l’auteure notamment de : La médiation et le morcellement des juridictions traitant du droit du travail, de la non-discrimination et de l'égalité en emploi : impact systémique sur l'accessibilité des femmes à la justice, paru en 2015 dans le l’ouvrage intitulé : Le Tribunal des droits de la personne : 25 ans d'expérience en matière d'égalité (Colloque) (2015 : Montréal, Québec). Tribunal des droits de la personne. -- Montréal : Éditions Yvon Blais, c2015.

 

Fo Niemi

 

Fo Niemi est directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales. Il est détenteur d'un baccalauréat en travail social de l'Université McGill, il a fait également des études en sciences politiques à l'Université Concordia.

 

IL a assumé plusieurs responsabilités et mandats depuis la Fondation du CRARR en 1983, notamment, il a été  président du comité d'examen des plaintes de la Société de transport de la Communauté urbaine de Montréal, membre de la commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, président du conseil d'administration de Sida bénévoles Montréal, membre du conseil d'administration de la Fondation canadienne des relations raciales, président du conseil d'administration du Programme de contestation judiciaire, membre du comité consultatif de la Secrétaire d'État au Multiculturalisme, membre du conseil canadien des normes de la radiodiffusion, membre du comité consultatif supérieur sur l'équité en matière d'emploi et de la diversité du ministère du Patrimoine canadien, membre du comité aviseur sur l'aide juridique

 

Il a reçu plusieurs honneurs et prix, notamment :

 

1995 : prix de la Justice du Québec

1992 : récipiendaire de la Médaille du Gouverneur général du Canada

2002 : médaille commémorative du jubilé de sa Reine Elisabeth II

 

Pascale Chanoux :

 

Pascale Chanoux exerce les fonctions de coordonnatrice des Volets Employabilité et Régionalisation de l’immigration à la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées, immigrantes et sans statut (TCRI), tout en faisant de la formation en interculturel et en gestion de la diversité. Elle est arrivée au Québec en 1993 après avoir grandi au Sud-Vietnam et vécu au Maroc. Titulaire d’un diplôme de 3ème cycle universitaire en sciences humaines, elle travaille depuis 94 dans le secteur de l’immigration où elle a exercé des fonctions d’intervenante, de formatrice, d’agente de développement et de chercheure touchant ainsi sous différents angles, à tous les volets de l’intégration. En rejoignant Alternatives, elle souhaite poursuivre son engagement en faveur d’une société plus équitable et inclusive au Québec et d’un monde empreint de solidarité et de justice sociale.

 

 

Inscription

Étudiants

Les étudiants de l'Université de Montréal peuvent s'inscrire au cours PLU6911A-D
en contactant la TGDE de leur programme.

Les étudiants d'autres universités du Québec doivent s'inscrire en complétant la demande d'inscription en ligne disponible sur le site du BCI (anciennement CREPUQ).

Les étudiants canadiens non québécois, étrangers ou sans attestation doivent être inscrits dans une maison d'enseignement au moins depuis le 1er janvier 2016 et nous faire parvenir une preuve valide de leur inscription dans un établissement d'enseignement (dernier relevé de notes ou de frais  universitaires) par courriel à Alia Hassan-Cournol.

Autres participants

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant en suivant le lien ci-dessous:

Inscription

Responsable : 

 

Marie-Thérèse Chicha
École de Relations Industrielles
Titulaire de la Chaire en relations ethniques - UdeM