Menu de navigation

Résurgence et relationalité : corps, récits, et épistémologies autochtones

Présentation

Du 11 au 16 juin - PLU6913 (A-D)

Comme la chercheure métis Emma LaRocque (« Reflections on Cultural Continuity », 2009) l’a remarqué, la critique s’est jusqu’à maintenant surtout intéressée aux représentations des blessures causées par le colonialisme et aux « discontinuités » dans les vies autochtones. Selon elle, il importe de porter une attention égale aux « continuités », que ce soit la façon dont les savoirs se perpétuent en dépit du génocide culturel perpétré par les états coloniaux ou, pourrait-on ajouter, et tel que suggéré par la chercheure unangax Eve Tuck (« Suspending Damage », 2009), selon une approche centrée non sur le dommage mais sur le désir.

Par conséquent, l’école d’été du CÉRIUM de 2018, consacrée aux littératures, au cinéma, et aux médias autochtones veut réfléchir à l’importance d’un « kinship expansif » (Daniel Heath Justice, « Go Away Water », 2009) et d’une éthique de l’inclusivité ; à l’articulation d’une souveraineté non seulement intellectuelle mais affective, ou « ressentie » (Dian Million, « Felt Theory », 2008) ; au rôle des relations – entre hommes, femmes, aînés, jeunes, oppresseurs, victimes et amants ; à la disparition (ou l’effacement, suite aux pratiques coloniales) de l’intimité et de la vulnérabilité ; à la nécessité de réinscrire celles-ci dans nos rapports (et dans la narration de ces rapports) à autrui ; et aux représentations du désir et du plaisir comme instances de résurgence.

Programme

Résurgence et relationalité : corps, récits, et épistémologies autochtones

 

Du 11 au 16 juin 2018

Comme la chercheure métis Emma LaRocque (« Reflections on Cultural Continuity », 2009) l’a remarqué, la critique s’est jusqu’à maintenant surtout intéressée aux représentations des blessures causées par le colonialisme et aux « discontinuités » dans les vies autochtones. Selon elle, il importe de porter une attention égale aux « continuités », que ce soit la façon dont les savoirs se perpétuent en dépit du génocide culturel perpétré par les états coloniaux ou, pourrait-on ajouter, et tel que suggéré par la chercheure unangax Eve Tuck (« Suspending Damage », 2009), selon une approche centrée non sur le dommage mais sur le désir. Par conséquent, l’école d’été de 2018 veut réfléchir à l’importance d’un « kinship expansif » (Daniel Heath Justice, « Go Away Water », 2009) et d’une éthique de l’inclusivité ; à l’articulation d’une souveraineté non seulement intellectuelle mais affective, ou « ressentie » (Dian Million, « Felt Theory », 2008); au rôle des relations – entre hommes, femmes, aînés, jeunes, oppresseurs, victimes et amants; à la disparition (ou l’effacement, suite aux pratiques coloniales) de l’intimité et de la vulnérabilité; à la nécessité de réinscrire celles-ci dans nos rapports (et dans la narration de ces rapports) à autrui; et aux représentations du désir et du plaisir comme instances de résurgence.

 

Programme préliminaire

 

 

 

 

 

Lundi 11 juin

AM : Accueil et introduction par Sarah Henzi (titulaire)

PM : Conférence de Niigaanwewidam James Sinclair (University of Manitoba)

 

 

 

Mardi 12 juin

AM : Conférence de Skawennati Fragnito (AbTeC/Concordia University)

PM : Conférence de Jessica Bardill (Concordia University)

 

Mercredi 13 juin

 

 

AM : Conférence de Lianne Moyes (Université de Montréal)

PM : Conférence de Karine Bertrand (Queen’s University)

 

 

Jeudi 14 juin

 

 

AM : Conférence de Cindy Gaudet (University of Alberta, Campus St-Jean)

PM : Conférence de Joëlle Papillon (McMaster University)   

 

 

 

Vendredi 15 juin

AM : Conférence de Armand Ruffo (Queen’s University)

PM : Conférence de Heather MacFarlane (Queen’s University)

 

 

Samedi 16 juin

AM : Conférence de Daniel David Moses (Queen’s University)

PM : Conclusion et clôture par Sarah Henzi

 

Évaluations du cours

 

Cocktail de clôture

Inscription

Étudiants

Les étudiants de l'Université de Montréal peuvent s'inscrire au cours PLU6913 (A-D) en contactant la TGDE de leur programme.

Les étudiants d'autres universités du Québec doivent s'inscrire en complétant la demande d'inscription en ligne disponible sur le site du BCI (anciennement CREPUQ).

Les étudiants canadiens non québécois, étrangers ou sans attestation doivent être inscrits dans une maison d'enseignement au moins depuis le 1er janvier 2018 et nous faire parvenir une preuve valide de leur inscription dans un établissement d'enseignement (dernier relevé de notes ou de frais  universitaires) par courriel à Patricia Fabi

Autres participants

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant en suivant le lien ci-dessous:

Inscription

Responsable

Sarah Henzi, Université de Montréal, département de littératures et de langues du monde