Le 150e du Canada, une célébration de l'exclusion des Premières Nations

- Auteur :Obs. des fédérations - Publication

Éditorial du 9 juin 2017

Le 1er juillet prochain, le Canada célébrera sa fondation et, en même temps, les principes d’inclusion et de respect qui ont rendu possible l’union de trois des colonies britanniques d’Amérique du Nord en 1867. Ces idéaux ne présentent cependant qu’une partie de l’histoire de la Confédération. Ils occultent une des fractures qui minaient et minent toujours le projet fédératif canadien : celle qui sépare les peuples autochtones et les Canadiens d’origine européenne. Il faut souligner cette fracture enchâssée dans le projet canadien pour mieux la comprendre et la dépasser.

Si les peuples autochtones ne figurent pas dans la version normalement admise de l’histoire de la Confédération, ils sont aussi absents des centaines de pages des débats parlementaires de la Province du Canada sur le projet fédéral. Cette absence cache cependant la place que les futurs Canadiens d’origine européenne réservaient aux Premières Nations dans la nouvelle union. L’Acte constitutionnel de 1867 comprend la très haute priorité qu’accordent les jeunes provinces à la création éventuelle de provinces dans l’Ouest et permet à Ottawa de le faire sans l’accord des autochtones établis sur le territoire depuis des siècles. Enfin, sans avoir été consultés, et sans même une discussion sur la possibilité de les consulter, les « Indiens » deviennent sous l’Acte de l’Amérique du Nord britannique une « compétence » numérotée du gouvernement fédéral du nouveau Dominion.Cette exclusion constitutionnelle et politique des peuples autochtones du projet de la fédération canadienne se préparait dans la décennie qui a précédé sa réalisation. Pour la première fois en 1857, des autorités canadiennes formulent leur voeu d’annexer la terre de Rupert et du Nord-Ouest lors des audiences du Comité spécial sur l’avenir de la Compagnie de la Baie d’Hudson à Londres. Alors que jusqu’ici on considérait les terres à l’ouest et au nord de la province du Canada comme arides et incapables de porter la vie humaine au-delà de celles des coureurs des bois, les choses commencent à changer. Les témoignages des représentants de la Province du Canada montrent la nouvelle représentation des territoires sous la responsabilité de la Compagnie de la Baie d’Hudson comme des terres colonisables et particulièrement fertiles. On y avance par exemple que les Prairies siéent mieux aux colons que les terres en cours de défrichement sur les berges de la rivière des Outaouais : l’absence de gros arbres y faciliterait la tâche des pionniers.

Deux expéditions scientifiques appuient ces visées annexionnistes. La première est britannique et financée par la Royal Geographical Society. Avec à sa tête le capitaine John Palliser, elle a pour mandat de déterminer la rentabilité, sur les plans de l’émigration et de l’agriculture, d’un lien routier ou ferroviaire pouvant être construit pour joindre les colonies du Canada et de la Colombie-Britannique. Les conclusions du rapport Palliser sont mesurées, mais non équivoques : les plaines sont remarquablement fertiles. Les poissons y abondent. La neige y serait moins profonde que dans la Province du Canada et les hivers, plus courts et moins rigoureux. Après avoir eu vent du départ de l’expédition britannique, le gouvernement de la Province du Canada dépêche et parraine sa propre expédition scientifique, dirigée par Henry Hind, professeur au Trinity College de Toronto. Ses conclusions se rapprochent de celles de Palliser, mais trahissent un enthousiasme de l’équipe canadienne encore plus grand pour l’annexion de ces terres par la Province du Canada, seule ou avec d’autres colonies britanniques.

Les ambitions canadiennes relatives à l’annexion de territoires autochtones avaient pour corollaires leurs ambitions assimilatrices vis-à-vis des peuples autochtones établis à l’intérieur des frontières coloniales. Différentes lois et commissions d’enquête rapportent directement le projet de leur subjugation politique. Parmi elles, une première politique de la citoyenneté, l’Acte pour encourager la civilisation graduelle des Sauvages, stipule que les Indiens ne sont pas des citoyens à part entière, mais peuvent le devenir s’ils renoncent à leur identité et fractionnent les territoires leur étant réservés. Ces initiatives montrent que les autorités canadiennes se préparent à assumer les pouvoirs jusqu’ici exercés depuis Londres : ceux sur les Indiens et les terres indiennes. Les colonies britanniques d’Amérique du Nord héritent toutes de ce nouveau pouvoir en 1860.

Dans les années qui suivent, les élites canadiennes dessinent le Canada moderne et y enchâssent une politique d’encouragement de l’immigration blanche et une politique d’expansion territoriale. Ces projets et politiques participent d’un processus double qui, d’une part, permet aux colonies britanniques de gagner en autonomie vis-à-vis de la Grande-Bretagne et, d’autre part, permet à ces colonies d’exercer un pouvoir plus grand vis-à-vis des Premières Nations, qui perdent ainsi autant sur le plan de l’autodétermination que les colonies en obtiennent.

Tous les Canadiens d’origine européenne n’ont pas joué le même rôle dans l’assujettissement des peuples autochtones et dans la promotion de l’expansion du territoire canadien : le projet de l’annexion de l’Ouest était, par exemple, d’abord chéri par les élites libérales de ce qui deviendra l’Ontario. Reste qu’il incombe à tous les Canadiens de relire 1867 sous toutes ses coutures, notamment les formes inférieures de citoyenneté que l’union fédérale réservait aux peuples autochtones. Il sera ainsi plus aisé de repenser l’autonomie et la revitalisation culturelle autochtones.

 

Lire la version parue dans Le Devoir

Crédit photo LeDevoir.com

Partager :
  • Envoyer
  • Imprimer