La saison des écoles d’été prend fin à Paris

- Nouvelle

Lancée à Tokyo il y a un peu plus d’un mois, c’est à Paris que la saison 2019 des écoles d’été du CÉRIUM vient de prendre fin. Pilotée par Marc-Antoine Dilhac, professeur de philosophie associé à notre centre de recherche et membre de la Déclaration de Montréal IA responsable, l’école Politiques internationales de l’intelligence artificielle a exploré avec les étudiants la gouvernance algorithmique comme nouvel enjeu politique, social et juridique des démocraties libérales. 

La nouvelle Déléguée générale du Québec à Paris, Michèle Boisvert, est d’ailleurs venue souligner la contribution de cette école d’été à la compréhension de cet enjeu de société. «Ce séminaire offert par le CÉRIUM est une occasion exceptionnelle d’approfondir nos connaissances sur les enjeux éthiques, politiques, sociaux ou juridiques que suscite le développement de l’IA. Il pose cette question cruciale: comment voulons-nous gouverner l’intelligence artificielle? C’est une question qui nécessite une profonde réflexion et, sans plus tarder, des actions. Ce séminaire servira assurément à alimenter cette réflexion et l’identification par les membres du panel présents aujourd’hui», a-t-elle déclaré en ouverture du panel «Réussir un développement équitable et inclusif».

Le quotidien économique français Les Échos a tiré l’article L'éthique de l'IA à la recherche d'un consensus international des propos tenus lors de ce panel, lequel réunissait Bertrand Pailhès, responsable de la stratégie nationale française en IA, Moez Chakchouk, sous-directeur général communication et information à l’UNESCO, Karine Perset, en charge des politiques sur l’IA à l’OCDE, et Marc-Antoine Dilhac.

Outre ces intervenants, cette semaine d’étude a réuni des conférenciers venus du Conseil de l’Europe, de The Future Society, de Reporters sans frontières, de la Sorbonne, de l’Université libre de Bruxelles, de la London School of Economics, de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, et d’autres institutions encore. 

Bilan : 400 étudiants

Au total, les 17 écoles d’été du CÉRIUM, dont les thèmes allaient de la sécurité en Asie de l’Est au judaïsme en passant par l’islam, l’économie circulaire et l’immigration en milieu de travail, auront réuni quelque 400 étudiants à Montréal, Paris et Tokyo. 

«Douze ans après notre première école d’été, nous avons décuplé le nombre d’étudiants, note le directeur scientifique du CÉRIUM, Frédéric Mérand. Les écoles en Europe et en Asie sont aussi le début d’un déploiement international qui éprouvera davantage, pour citer Nicolas Bouvier, leur "usage du monde".»  

 

Partager :
  • Envoyer
  • Imprimer